Bonus #10 – Watine

Lire

Watine et le label  CATGANG vous offrent  en exclusivité  pour la sortie  de son troisième album ‘STILL GROUNDS FOR LOVE’ , l’écoute et le téléchargement libre via « The Berliner Broadcast Facility »  du titre complet  «Profanvm Praelvdes », 3ème morceau de son deuxième album ‘B-Side Life’.

 

De plus jusqu’au 1 septembre 2011, profitez d’une offre exceptionnelle !  Envoyez un mail à l’adresse contact@watineprod.com – donnez le code TBBF et recevez les deux premiers albums (B-Side Life et Dermaphrodite) pour seulement 5€  (frais de port inclus) !

Vous pouvez bien sûr vous procurez l’ensemble de sa discographie physique et numérique par le biais de son site www.watineprod.com

 

« La valeur attend le nombre des années ». Une négation qui saute et c’est toute la maxime qui en est irrémédiablement chamboulée. Forte d’une vie dédiée à la passion de la musique, Watine transporte avec elle un énorme bagage musical ; comme un empilement de poupées russes avec à sa base la musique classique, un amour pour la finesse mélodique de Ravelet pour les cordes de Bernstein.
Au-dessus, une belle épaisseur de cette pop -folk anglo-saxonne qui l’a depuis toujours accompagnée. Et pour finir en beauté, un intérêt affirmé pour la musique électronique qui l’accompagnera dans sa première sortie d’album de songwriting, DERMAPHRODITE

no images were found

 en 2006 où, selon Les InrockuptiblesWatine redéfinit les contours du trip hop. L’album, réalisé parBernard Becker, a été co-produit par la référence Markus Dravs (Emilie Simon, Bjork, Coldplay).

Avant même, la scène électro est sous le charme et il sort dès juillet 2005 un projet hybride punk rock électro sous le nom de RANDOM MOODSWatine donne ses compos et ses voix à d’influents producers internationaux (Riton, Ivan Smagghe, Fila Beazilia, Gus Gus, Aaron Carl, etc..).
Elle garde également cette faculté d’émerveillement pour la musique indépendante, qui la poussera à produire en 2008 « Indie Moods » une compilation de jeunes talents qui depuis ont fait du chemin (Cascadeur, Jill is lucky, Maud Lübeck, Nathaniel Isaac Smog…).

Avec B SIDE LIFE (2009), Watine poursuit son œuvre et trouve en Nicolas Boscovic (Folks, Xavier Plumas, Erik Karol) le réalisateur et arrangeur complice qui la comprend totalement : derrière la dame de Saint Cloud respectable se cache en fait le coeur d’une jeune fille moderne et insolente de liberté. Watine a bel et bien atteint l’âge de déraison, celui où tout est permis, surtout le droit de faire ce que l’on veut. Si Watine a toujours le piano comme instrument fétiche de composition, elle en joue plus avec instinct qu’avec science et ses mélodies prennent toujours des chemins de traverse qui garantissent l’originalité de sa musique. Les Inrocks louent à nouveau le talent de Watine mais aussi Magic, Télérama, Crossroads, VSD, Tsugi
Rares sont les artistes qui séduisent avec un tel grand écart tout en proposant une musique originale et exigeante. Les radios l’invitent en live, car entre temps, Catherine a monté un groupe de scène et tourne en France en posant son petit théâtre délicat et féminin. Etrangement, on pense à Bashung pour cette capacité à émouvoir dans une sobiété de façade.

Et voici l’heure du fameux troisième album qui s’annonce pour 2011, STILL GROUNDS FOR LOVE où Watine en pleine possession de tous ses moyens, visite des territoires inexplorés jusqu’alors. En droite ligne du précédent album, elle retrouve Nicolas Boscovic à la réalisation et arrangements qui magnifie toute l’ambivalence de l’univers de l’artiste, un monde trouble de pop de chambre en désordre qui évoque la poésie clair-obscur de Tim Burton. La musique de Watine, il est vrai, a la faculté de faire naître des images à celui qui l’écoute. Et l’interprète retrouve le ton de conteuse fait pour devenir le guide parfait de cet univers de sombre féérie.

De la musique électro, il ne reste plus désormais que des sons étranges de jouets mécaniques, de programmations organiques et autres textures miniatures. Comme chez Boards of Canada, musique synthétique et bruits de la nature se rapprochent ostensiblement. Comme chez Yann Tiersen, un sentiment d’enfance perdue remonte parfois à la surface. La musique de Watine possède un charme suranné. Pourtant avec elle, rien n’est désuet et il n’y a aucune poussière à la surface : la musicienne avec sa sensibilité à fleur de peau pare son travail d’orfèvre _ « à l’ancienne » pourrait-on dire _de nouvelles couleurs qui en modifient les contours.

Zoom album STILL GROUNDS FOR LOVE

Ce troisième album est encore plus riche d’atmosphères diverses qui arrivent à marier pour le meilleur intimisme et souffle épique : Books and Lovers, subtile référence à Divine Comedy, est brodé avec de la dentelle de pop baroque. Connected Queen traverse allègrement le miroir vers un univers de conte de fée à la fois sombre et malicieux. Trying to arpente les chemins d’une mélancolie lunaire pour irrésistiblement monter en puissance et défier l’espace d’un instant les dieux. Proche des “murder ballads” de Nick CaveThe Story of that Girl raconte une destinée tragique sur fond de guitare obsédante. Sailors dérive sur une mer d’huile vers un hypothétique atoll de sérénité. The Strings of my fate ressemble à l’exploration d’un vieux grenier où l’émerveillement se dispute à la nostalgie. Comme du Cure gai et décomplexé, Architect bâtit sur un fil de fer tendu dans le vide une construction qu’on visite en faisant la roue. Sur Le Cours de ma Vie, sa voix délicatement posée se love parfaitement dans les recoins de notre langue pour nous confier le fruit d’une introspection qui parle pourtant à tout le monde. Et toujours ces cordes, et toujours ces sons miniatures qui créent un écrin irréel et vous emmènent vers un ailleurs meilleur.
Avec Watine, il y a tellement à découvrir. Plus qu’un disque, un voyage !

Denis ZORGNIOTTI


WATINE_THE STRINGS_OF_MY_FATE/Contest DAILYMOTION par watineprod

 

Voici plusieurs compilations téléchargeables où un morceau de Watine est disponible

La compilation ‘Face A /Face B’ du label MonsterK7 – MK7-004

La compilation n°9 du site ‘A Décourvrir Absolument’

La compilation n°16  du site ‘A Décourvrir Absolument’

La compilation n°22 du site ‘A Décourvrir Absolument’

La compilation ‘French Zone’ n° 8

 

Récemment elle a participé  au Hors Série volume 2 du site ‘A Découvrir Absolument’ qui avait proposé de reprendre l’album “Dry”, le premier album de PJ Harvey sorti sur le label Too Pure en 1992.  Elle y donnait sa version du titre ‘Oh My Lover’

Elle collabore même pour une reprise d’un morceau du Velvet Underground pour le nouvel album de  Tycho Brahé

Vous pouvez également voir plusieurs interviews et vidéos de morceaux enregistrés live lors du concert en appartement diffusés sur ‘Grosse Caisse T.V.’

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>